lettres à mes fils

heure de pointe

plaintes incessantes contre le trafic
d’une ville qui aime
le bitume et les piscines hors-terre

mon cœur se retourne
quand je pense à ce jour
aux voitures qui cédaient la voie
tant bien que mal
ouvrant pour nous un passage

toi, à l’arrière d’une ambulance
déjà presque plus là
nous, à l’arrière d’une voiture de police
paniquant
accroché.e.s.écorché.e.s

heure de pointe
précipité.e.s
dans l’abime

 

///////

préoccupée

Des fois je m’inquiète de ne pas savoir te parler de ton frère,
des fois j’ai peur qu’il ne fasse pas partie de ta vie.

Mais quand tu pointes ses photos du doigt en souriant,
quand tu réponds à notre « c’est qui lui ? » avec le plus beau des « Pauw »

alors j’arrête un instant d’être si préoccupée.

 

///////

billet inspiré par les thèmes « transport » et « préoccupé.e » du projet MotsVembre

Publicités

Une réflexion sur “lettres à mes fils

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s