carnet de voyage 

Le long des routes et des jours, la présence de Paul se dessine. Parfois au détour d’une coline, parfois dans le craquement des brindilles, ou dans l’inscription sans détour d’une pierre tombale qui accroche mon regard. Parfois, volontairement, je remplis mes poumons de l’odeur de la mer et du crépitement du feu pour la sentir m’habiter.


Et puis parfois, c’est le papa de Paul qui inscrit sa présence dans l’air du petit matin…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s