les petits gestes qui comptent

bougie_FotorPendant les semaines qui ont précédé le deuxième anniversaire de naissance de Paul, j’ai réfléchi à la façon de souligner cette journée, jonglant avec différentes idées, différentes symboliques. Je trouve magnifiques les initiatives de certains parents qui mettent sur pied des projets d’envergure en l’honneur de leur bébé ou de leur enfant décédé (comme ça et ça, notamment), mais les gestes et les événements plus modestes me rejoignent tout autant.

Dans un large groupe facebook auquel j’appartiens et qui est centré sur la parentalité, je vois régulièrement passer des questions de personnes qui se demandent ce qu’elles devraient faire pour soutenir des proches qui vivent le décès d’un bébé, avant ou après la naissance. Souvent, leur premier réflexe est d’offrir des objets pour commémorer l’existence de l’enfant — oursons ou oreillers du même poids que le bébé, bijoux, couvertures ou vêtements personnalisés. Souvent, on leur répond de considérer aussi d’offrir un soutien plus terre-à-terre pendant les premières journées et semaines où naviguer le quotidien est parfois trop demandant — repas préparés, aide pour accomplir des tâches ménagères ou autres.

L’une et l’autre de ces pistes me semblent importantes. Même si j’ai des réserves par rapport à l’industrie des produits génériques visant à commémorer les décès, et notamment les décès en période périnatale, je reconnais l’importance que peuvent prendre les symboles que l’on fait siens, et l’importance, surtout, de l’intention derrière l’objet. Je ne veux donc pas décourager ces gestes que les proches de personnes qui vivent un deuil intense ont le réflexe de poser.

Par contre, j’aurais aussi envie de dire à ces personnes que le cadeau le plus important qu’ils ou elles peuvent offrir, ce sont les petits gestes qui s’inscrivent dans la durée. Je l’écrivais il y a un moment déjà, j’ai apprécié d’entendre, au tout début « on n’oubliera pas Paul », mais ce qui me bouleverse complètement, c’est toutes les personnes qui posent des gestes concrets ou symboliques pour nous montrer qu’elles se souviennent encore maintenant que le temps a passé.

Je me faisais encore cette réflexion récemment, d’ailleurs. Je crois que P. et moi sommes exceptionnellement bien entouré-e-s et que ça transparaît dans les manières qu’ont plusieurs personnes autour de nous de continuer d’inclure Paul dans leurs pensées, dans leurs vies, dans les conversations que l’on partage. Mais je sais aussi que pour plusieurs parents, c’est au contraire l’impression que tout le monde a oublié l’existence de leur bébé qui prend parfois le dessus. C’est ce constat qui me fait croire que c’est important d’expliciter ce besoin de reconnaissance et de soutien à long terme aux proches qui veulent offrir du soutien à des parents endeuillés.

Le soutien pour passer à travers les premiers moments de désorganisation complète est évidemment crucial. Mais quand le temps a passé et que vous voulez montrer à un parent que vous aimez que vous n’avez pas oublié son enfant décédé, les petits gestes simples comptent. Ils suffisent.

En m’inspirant des personnes autour de nous qui continuent de faire vivre Paul par leur travail de mémoire et des gestes qui ont touché plusieurs mamans d’un groupe de soutien virtuel, j’ai envie de proposer quelques exemples:

medaillon_Fotorprès du cœur — Une des attentions que plusieurs mamans ont énormément apprécié : un petit pendentif qui représente leur bébé décédé.

ballo_Fotoranniversaires — Se souvenir des dates marquantes pour les parents et dans la vie du bébé, et particulièrement son anniversaire. Pour ma part, j’ai envie d’en parler avant, pendant et après mais je sais que pour certain-e-s, le fait que des proches se rappellent par eux-mêmes et soulignent la journée de naissance de leur bébé compte beaucoup.

Une des mamans a beaucoup aimé recevoir un ballon en l’honneur de son fils lors de son anniversaire à elle. En effet, les moments qui sont habituellement des moments de célébration peuvent être compliqués à vivre quand on est en deuil. Le fait de nommer ce malaise, et d’inclure le bébé dans les moments marquants de l’année peut atténuer la douleur et l’inconfort de ses parents.

texto_Fotorfamille complète — Inclure le bébé dans la famille : si c’est le premier enfant, il le reste, même si un petit frère ou une petite sœur arrive ensuite. Le fait que leur bébé décédé soit inclus dans la vie familiale semblait crucial pour toutes les mamans. L’une d’elle a apprécié que son fils soit nommé parmi les autres petits-enfants de sa grand-mère dans une notice nécrologique. Pour d’autres, ce sont des attentions quotidiennes qui sont particulièrement appréciées…

dire et redire — Les paroles s’envolent parait-il, mais le fait de parler d’un bébé qui n’est plus, reste souvent marqué dans le cœur de ses parents. N’hésitez pas à poser des questions à son sujet, ou à en parler à vos enfants.

Je suis touchée chaque fois que je sais qu’un-e des cousin-e-s de Paul a parlé de lui spontanément, en cherchant « son » étoile dans le ciel nocturne par exemple. D’autres mamans du groupe notaient qu’elles aimaient que les enfants de leurs ami-e-s leur parlent de leur bébé, leur posent des questions…

Bref, je crois qu’on apprécie toutes, simplement, de savoir que nos bébés ne sont pas oubliés. Et cela transparait dans tous ces petits gestes, et dans un acte aussi simple que de prononcer leur prénom.

Tellement simple. Tellement fort.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s