histoires de naissances (encore)

Au milieu d’une conversation avec l’amie d’une amie dans une soirée, on parle bébés et jeunes enfants qui grandissent vite. (Sans tomber dans le sentimentalisme, sans dire que « j’ai joint une grande famille en devenant parent », je dois dire que ces expériences partagées facilitent les conversations avec les personnes que je connais peu : il y a toujours quelque anecdote impliquant de la morve ou du pipi à raconter. Fin de la parenthèse). Tout en parlant de l’interaction entre ses deux enfants, elle pointe Aimé du menton en me disant, presque sur le ton de l’affirmation : « Vous allez en avoir d’autres après lui, j’imagine? »

Lire la suite

Publicités

les parents naissent aussi

Les parents naissent avec leurs enfants. Quel titre et quelle image magnifiques…
Je suis heureuse d’avoir eu l’opportunité d’apporter ma toute petite pierre à la construction de ce projet de zine initié et illustré par Chloé Germain-Thérien.

Je n’ai pas encore pu feuilleter ce zine / livre mais j’avais envie de le partager ici puisque ma participation à ce projet fait partie de ces choses que ce blogue a rendu possible — parce que c’est par son biais que Chloé est entrée en contact avec moi, parce que la contribution que j’ai faite vient des archives du marcassin envolé, et parce que c’est dans ces pages que j’ai appris à passer par dessus la peur et la gêne de partager des bouts de ma vie et de mes idées.

J’ai hâte de pouvoir me plonger dans cette lecture.
Si jamais vous avez envie de faire de même, ça se passe ici — ou , pour avoir un aperçu du contenu.

rattrapée

Je me souviens, ado, avoir entendu dire que lorsqu’on ne « fait pas son deuil », le deuil nous rattrape éventuellement. J’avais tellement intégré cette notion que je me souviens m’être sincèrement demandé si j’avais « fait mon deuil » suite au décès de ma mère. Après sa mort, j’avais été absente de l’école pendant une semaine. Puis j’y étais retournée et j’avais recommencé à fonctionner. Je ne m’étais pas effondrée.

Faute d’avoir accès à une pluralité de modèles des formes que peut prendre un deuil, je n’arrivais pas à trancher : est-ce que j’avais « fait mon deuil »? Comme s’il avait dû y avoir un choix de réponse simple.

OUI / NON. Cochez la case qui s’applique.

J’ai douté longtemps, craignant ce spectre, cette image du deuil me rattrapant à un moment où je ne l’attendrais pas.

Lire la suite

photos de famille

mon tout petit Paul,

Il y a quelques jours, pendant notre voyage chez ton arrière-grand-mère, on a parlé de cimetières. Quelqu’un nous a demandé où tu étais. D’abord, j’ai répondu « dans notre chambre » puis, je me suis rendu compte que ça ne rendait pas compte de la réalité, alors j’ai ajouté, « et aussi un peu à Batz-sur-Mer, et en Colombie, et dans le fleuve Saint-Laurent… »

En réalité, tu es partout où nous allons, toujours avec nous malgré ton absence.

Tu nous manques. Tu me manques.
je t’aime mon petit marcassin.

IMG_2640_FotorIMG_2643_FotorIMG_2648 (1)_Fotor

ps. J’espère que tu as aimé l’éléphant…