3 semaines…

C’est quoi, trois semaines? On peut séparer une vie d’adulte en tellement de tranches de trois semaines. Certaines plus mémorables — un voyage, le début d’un nouvel emploi… La plupart sont quelconques. Elles passent sans qu’on les remarque, rythmées par la routine.

Entre notre sortie de l’hôpital à la naissance de Paul et le jour où nous y sommes retournés, en urgence, il s’est écoulé exactement trois semaines.

3 semaines si courtes et si longues à la fois.
3 semaines de bonheur.
3 semaines à s’abreuver de tous les instants, à admirer notre bébé, à le sentir, à le serrer.

J’ai tellement adoré ces heures passées dans le lazy-boy que je m’étais laissée convaincre d’accepter sous mon toit malgré son look douteux. Quel bonheur de sentir le corps chaud de mon bébé se détendre sous l’effet apaisant du lait, de le sentir emporté par le sommeil, de m’émouvoir à la goutte de lait au coin de ses lèvres. Moi qui avait appréhendé l’allaitement, je sentais finalement que tous les deux, on était faits pour ça. Lui pour boire comme un champion, moi pour le nourrir de moi-même. Pour capter ses gazouillements dans la nuit, me redresser dans le lit et le mettre au sein avant qu’il ne pleure. Pour le détacher doucement de moi une fois le sommeil revenu, l’emmailloter, puis le regarder quelques secondes, couché près de moi, avant de me rendormir à mon tour.

Je me souviens avec tant d’émotions des détails de ces semaines. Le premier bain, que j’aurais tant voulu partager. Le soin qu’on y a mis, pour celui là et les suivants. Réchauffer la salle de bain. Préparer serviettes, couche, pyjama. Vérifier la température de l’eau. Laisser Paul redécouvrir le liquide chaud qui l’avait accueilli pendant des mois, dans la sécurité des bras de son papa. Lui verser doucement de l’eau dans le cou pour le tenir au chaud. Le récupérer, tout mouillé, parfait. L’enrouler dans la serviette toute chaude, rapidement. Sécher son nombril encore tout neuf avec un coton-tige. Lui mettre de l’argile sur les fesses, puis sa couche. L’admirer vite fait en lui mettant son pyjama — vite pour pas qu’il n’ait froid. Lui mettre une petite tuque sur la tête, juste au cas. Le coller contre moi, le sentir tout chaud et encore un tout petit peu humide. Quitter la salle de bain. Être bien. Avoir hâte de pouvoir à mon tour partager ce moment avec mon bébé, au bout des deux semaines sans bain post-césarienne.

Trois semaines, ça suffit pour recréer une routine. Il parait que c’est le temps que ça prend pour créer une nouvelle habitude. Ça aura certainement été largement suffisant pour m’habituer à passer ma journée avec l’œil sur Paul, à manger d’une main pendant que j’allaitais, à regarder Paul dormir sur moi plutôt que le film qu’on tentait d’écouter.

C’est court trois semaines de vie normale. Mais ces trois semaines-là, comme en dehors du temps, sont ancrées profondément dans mon esprit. Je les revis, dans l’ordre et dans le désordre. Elles se multiplient dans ma tête. Elles sont là pour toujours.

Publicités

3 réflexions sur “3 semaines…

  1. Thank you for commenting on my blog. I have literally no ability to read French, but have used google translate to read your beautiful blog. I am certain there is something lost in translation, but the essence of your pain, your love for Paul, his impact on your life and your perspectives, is captured gorgeously in your writing. I am so very sorry you had a taste of pure joy, in your son, for only a few weeks. It is so unfair and so unimaginable.

    I can relate to most of your posts, but especially the most recent about the impact of the short number of weeks you had with Paul. I feel I lived an entire other life in the span of two weeks, with my son Zachary.

    I will follow your blog. Thank you for allowing me…

    • Thanks Gretchen.
      I’m so glad to be able to read in english because the web is so much wider that way and i was able to find more parents i can relate to. I’m looking forward to reading you too.

  2. Pingback: objectifs/subjectif | le marcassin envolé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s